Les espèces du Saint-Laurent

Chaboisseau

Myoxocephalus scorpius

Type de la ressource

  • Poisson
  • Poisson de fond

Autres nom

Crapaud de mer, diable de mer, plogueils

Nom en cuisine

Chaboisseau

Statut de la ressource

  • Non déterminé

Saison de consommation

Frais à l’été et à l’automne.

GRANDEUR : de 15 à 30 cm, jusqu’à 60 cm.

ESPÉRANCE DE VIE : jusqu’à 18 ans.

CYCLE DE VIE : Maturité sexuelle vers 2 ans.

La reproduction a lieu vers la fin novembre. La femelle peut pondre jusqu’à 60 000 œufs. C’est le mâle qui se charge de leur protection pendant 3 mois, jusqu’à l’éclosion.

Sur la défensive

Outre ses épines, le chaboisseau possède un autre mécanisme de défense plutôt efficace : il est capable de modifier sa couleur pour se camoufler dans son environnement.

Le chaboisseau a un corps trapu et allongé, de couleur variable, unie, avec des points ou des rayures. Le ventre du mâle devient rouge avec de grandes taches blanches en période de reproduction. Ce poisson a une grosse tête avec de grands yeux et une bouche large. Il peut manger des poissons relativement grands par rapport à sa taille. Il possède des épines sur les opercules de la tête, les branchies et le dos.

Sur le fond, jusqu’à 450 m de profondeur.

Sur des fonds vaseux, sableux ou sur un lit d’algues, proche des côtes.

PROIES :

Crabes
Crevettes
Oursins
Poissons

 

PRÉDATEURS : 

Morues franches
Phoques
Oiseaux marins

Avec sa grosse tête, le chaboisseau peut manger des poissons relativement grands par rapport à sa taille.
Crédit : Robert Baronet, photo prise dans le bassins d'Exploramer, en 2010.

Il n’existe pas de pêche dirigée pour le chaboisseau au Québec. Il est parfois capturé comme prise accidentelle lors des pêches aux poissons de fond. Il peut servir d’appât pour les gros poissons ou le homard et est aussi bon pour la consommation humaine.

BIENFAITS :
Source de protéines.

UTILISATION :
Chair blanche délicate et assez tendre, similaire à celle de la morue ou de l’aiglefin.
La cuisson au four ou bien braiser sont les plus conseillées. Il se consomme bien aussi dans les ragoûts de poisson ou les chaudrées.

Attention, ça pique.

Si tu en fais des filets, attention à ses épines. En plus de faire mal, les opercules sur la tête du chaboisseau deviennent vénéneux en période de reproduction.